/

Le nouveau revêtement anti-bruit

  • Session : 2015-2016
  • Année : 2015
  • N° : 209 (2015-2016) 1
  • Question écrite du 12/11/2015
    • de DESTREBECQ Olivier
    • à PREVOT Maxime, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l'Action sociale et du Patrimoine

    Le Centre belge de recherches routières (BRRC) est leader sur le projet européen «Persuade» qui vise à élaborer un revêtement routier générant moins de nuisances sonores.

    En temps normal, le trafic sur une voirie urbaine génère entre 70 et 80 décibels. Selon leurs tests, avec ce nouveau type de revêtement, il y aurait une réduction de 7,5 à 10 décibels.

    C’est un revêtement poro-élastique, composé de granulats naturels (du gravier), de déchets de pneus recyclés et de polyuréthane.

    Un tronçon de route a été équipé sur 40 mètres en Flandre ainsi qu’au Danemark, en Slovénie et en Pologne. Les tests en conditions réelles de circulation ont duré six mois et se sont achevés en août.

    Petit inconvénient : celui-ci coûterait trois à cinq fois plus cher que le «simple» asphalte. Cependant, il ne nécessiterait plus le placement de murs antibruit et se pose à froid.

    Vu son coût, le poro-élastique serait plutôt réservé aux zones les plus bruyantes en ville, mais moins pour les autoroutes.

    Le produit pourrait être totalement opérationnel d'ici deux à cinq ans.

    Monsieur le Ministre a-t-il pris contact avec ses homologues flamands sur ce produit ? En sont-ils satisfaits sur la portion équipée ? Comptent-ils étendre cela à d’autres portions de routes ? Dispose-t-il de données quant au prix du produit ?
  • Réponse du 03/12/2015
    • de PREVOT Maxime

    L’utilisation de revêtement diminuant les nuisances sonores est une des solutions parmi d’autres afin de réduire l’exposition au bruit. Cependant, l’utilisation de cette catégorie de revêtements est à nuancer.

    En effet, de nombreuses études réalisées par le Mobiliteit en Openbare Werken (MOW) et le Centre de Recherches routières (CRR) ont démontré que ces nouveaux revêtements silencieux, certes efficaces dans les premiers mois de leur vie, voyaient leurs propriétés acoustiques décliner de manière importante, et ce, très rapidement. De plus, les coûts découlant de l’utilisation de ceux-ci sont non négligeables et ne constituent donc pas un investissement pérenne en vue de réduire les nuisances sonores pour la population.

    Cette étude « PERSUADE » concerne l’utilisation de revêtements poro-élastiques, en vue de diminuer l’exposition au bruit dans les zones concernées.

    Les premiers résultats obtenus en termes de diminution acoustique sont encourageants. Toutefois, ce type de revêtement est toujours en cours de test dans différents pays d’Europe. Les résultats, quant à sa durabilité et à ses propriétés, sont encore incertains et son coût, même s’il doit diminuer avec une éventuelle plus grande utilisation, restera élevé, comme le signale l'honorable membre, par rapport aux produits classiques.

    Dès lors, il me semble que les résultats de cette étude sont très encourageants et méritent qu’un intérêt y soit porté, surtout pour les agglomérations, mais il convient d’avoir un retour avant d’envisager une utilisation effective dans les agglomérations en Wallonie.

    C’est pourquoi mon administration a été chargée de prendre les contacts voulus avec son homologue flamand afin de disposer de leur retour sur la question et d’analyser la situation.