/

La réforme de la législation sur les maisons de repos

  • Session : 2016-2017
  • Année : 2017
  • N° : 540 (2016-2017) 1
  • Question écrite du 16/02/2017
    • de LEFEBVRE Bruno
    • à PREVOT Maxime, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l'Action sociale et du Patrimoine

    Le nombre de personnes âgées va fortement augmenter dans les années à venir. Pour 2050, on estime qu’un quart de la population aura plus de 65 ans. La problématique du logement pour senior sera donc de plus en plus importante.

    La législation relative aux maisons de repos date de 1997. Inutile donc de dire que cette dernière n’est plus du tout en phase avec les défis que l’on rencontre aujourd’hui.

    Le décret wallon de 1997 repartit les lits de la façon suivante : 50 % pour le privé, 21 % pour l’associatif (ASBL) et 29 % pour le secteur public (CPAS).

    Cette répartition sera-t-elle revue dans l’établissement de la nouvelle législation relative aux maisons de repos ?

    En quoi consisteront les principaux axes de cette réforme ?
  • Réponse du 23/02/2017
    • de PREVOT Maxime

    La politique des personnes âgées a fait l’objet d’une Note-cadre qui n’a pas encore été présentée au Gouvernement. L’honorable membre me permettrea donc de lui laisser la primeur de mes intentions en la matière.

    Avant tout, qu'il soit assuré que mon objectif est de répondre aux défis liés au vieillissement de la population et à l’allongement de la durée de vie. Il s’agit notamment de permettre à nos aînés de rester vivre à leur domicile lorsque les conditions générées les y autorisent et d’améliorer les possibilités d’accueil en institutions.

    Je l'invite à revenir vers moi dès que la Note-cadre aura pu être approuvée, car je serai alors en mesure de lui développer plus avant les grands axes de la réforme telle qu’envisagé.