/

Les cyclistes urbains nocturnes

  • Session : 2017-2018
  • Année : 2017
  • N° : 265 (2017-2018) 1
  • Question écrite du 30/10/2017
    • de DOCK Magali
    • à DI ANTONIO Carlo, Ministre de l'Environnement, de la Transition écologique, de l'Aménagement du Territoire, des Travaux publics, de la Mobilité, des Transports, du Bien-être animal et des Zonings

    Aux Pays-Bas, malgré de nombreuses lampes distribuées aux cyclistes et de nombreux contrôles effectués afin de pousser les cyclistes à allumer leurs lampes en pleine nuit, le nombre de cyclistes urbains effectuant cette démarche n’a pas augmenté.

    Les cyclistes nocturnes urbains pensent en effet que les lumières de la ville les rendent suffisamment visibles auprès des automobilistes, alors que non. 1 accident sur 5 de cyclistes avec des blessures graves se déroulerait dans l’obscurité. Une nouvelle méthode a donc été lancée et porte ses fruits.

    Celle-ci consiste simplement à poser trois pictogrammes sur les vélos, destinés à rappeler d’allumer ses lampes en pleine nuit. 9 000 cyclistes ont été étudiés au sein de six villes néerlandaises et après quatre semaines, le taux de cyclistes allumant ses lampes est passé de 42,8 % à 55,5 %.

    Cette méthode est extrêmement basique, mais l’efficacité est prouvée.

    La Haye a désormais dépassé le stade de test et les villes étudiantes de Rotterdam et Utrecht comptent emprunter la même voie après les vacances d’automne.

    Des campagnes de préventions ont-elles déjà eu lieues pour prévenir les cyclistes urbains de cette problématique ?

    Monsieur le Ministre étudie-t-il la piste de ces pictogrammes pour nos cyclistes ?

    Combien de cyclistes se blessent gravement dans l’obscurité en Wallonie ?
  • Réponse du 21/11/2017 - Annexe
    • de DI ANTONIO Carlo

    Les données concernant les cyclistes victimes d’un accident corporel en fonction de la localisation et des conditions de luminosité sur la période 2014-2016 révèlent que seuls 7 % des cyclistes victimes d’un accident en agglomération l’étaient de nuit, contre 5 % hors agglomération. Voir tableau en annexe.

    Selon des chiffres relayés par le GRACQ, on constate que les comportements évoluent dans le bon sens: on recense ainsi 83 % de cyclistes correctement équipés à Bruxelles, contre 58 % en 2008.

    L’AWSR a développé plusieurs supports de sensibilisation, en partenariat avec les associations de cyclistes GRACQ et Provelo ainsi que la DGO2 et en concertation avec les partenaires de la Wallonie à vélo. Ces instances diffusent ces supports par le biais de leurs canaux. Parmi ces supports, on retrouve un dépliant généraliste, des capsules vidéo ou encore des cartes de check-up technique et une page internet consacrée aux cyclistes sur le site www.tousconcernés.be. Des check-up des vélos ont également été offerts gratuitement par l’AWSR aux participants du Beau Vélo de Ravel cet été.

    En ce qui concerne la visibilité des cyclistes, différentes initiatives ont été réalisées en 2017 :

    - Soutien à la Nuit du Ravel à travers la distribution de 300 kits éclairage pour les participants
    - Soutien de la campagne du GRACQ « Parce qu’être une lumière ne suffit pas… Éclairez-vous ! » menée en octobre et novembre, notamment par la mise à disposition de 1.000 kits visibilité pour les actions de terrain en Wallonie, au cours desquelles les vélos mal éclairés sont équipés du kit sur place.
    - Réalisation d’une émission « Contacts » sur cette thématique le 11 novembre 2017.