/

La campagne de sensibilisation à l'hypertension

  • Session : 2017-2018
  • Année : 2018
  • N° : 400 (2017-2018) 1
  • Question écrite du 30/05/2018
    • de PECRIAUX Sophie
    • à GREOLI Alda, Ministre de l’Action sociale, de la Santé, de l’Egalité des chances, de la Fonction publique et de la Simplification administrative
    Ce 17 mai dernier avait lieu la journée mondiale contre l'hypertension artérielle. Une nouvelle campagne intitulée « Un point c'est tout » est lancée à l'attention des médecins et du grand public.

    D’après le journal du médecin, la nouvelle campagne de sensibilisation « Un point c'est tout » a pour objectif de recentrer l'attention du public en encourageant les jeunes adultes à motiver leurs parents et leurs proches pour qu'ils fassent contrôler leur pression artérielle. L'idée créative de la campagne « Un point c'est tout » est d'utiliser les enfants devenus grands de dire à leurs parents ce qu'ils doivent faire pour leur bien, c'est-à-dire faire contrôler leur pression artérielle !

    L'hypertension reste une des causes principales de mortalité. La seule façon de déterminer si sa pression artérielle est trop élevée est de la contrôler.

    Outre la mort, des accidents vasculaires cérébraux, très invalidants, peuvent aussi découler de l’hypertension.

    Les médecins considèrent qu’en Belgique, une personne sur deux ignore qu’elle souffre d’hypertension. Il me paraît donc indispensable d’informer et sensibiliser un maximum de Wallonnes et de Wallons !

    La Wallonie est-elle partenaire de cette nouvelle campagne ?

    Quel est le budget qui y est alloué ?

    Quels sont les objectifs poursuivis et comment Madame la Ministre va-t-elle évaluer les résultats ?
  • Réponse du 21/06/2018
    • de GREOLI Alda
    Les facteurs de risques cardiologiques sont importants et il est indispensable de s’en préoccuper. Toutefois, il faut savoir qu’en Wallonie, le dépistage de l’hypertension semble assez fréquent. Près de 92 % de la population déclarent dans l’enquête de santé de 2013 avoir eu une mesure de leur tension artérielle par un professionnel de santé dans les 5 ans et pour 89 % de la population wallonne cette mesure avait même eu lieu dans les deux années précédentes. Ce qui est plus inquiétant, c’est que, toujours selon cette même enquête, 15 % de la population wallonne déclare souffrir d’hypertension.

    La nouvelle campagne de sensibilisation relative au dépistage de l’hypertension artérielle « Un point c'est tout » à laquelle l'honorable membre fait référence est menée par la Ligue cardiologique belge, l'Association pharmaceutique belge et Servier, le numéro un de l’industrie pharmaceutique en France, spécialisé dans les médicaments pour les maladies cardiaques et rhumatologiques. Leur objectif est bien de soutenir les professionnels dans leur suivi de la tension artérielle des patients et d’encourager un maximum de monde à se faire dépister.

    Avant le dépistage de l’hypertension, il faut s’attaquer aux causes de celle-ci à savoir l'obésité, le stress et la consommation excessive d'alcool et de sel. Dans le cadre de l’opérationnalisation du Plan de prévention et de promotion de la santé, j’ai demandé à l’APES-ULg de finaliser l’axe alimentation et activité physique suite aux différents travaux réalisés par les groupes de travail qui se sont réunis sur cette thématique. La diminution des maladies chroniques est une priorité du plan de promotion de la santé en Wallonie et les acteurs de la promotion en sont bien conscients.

    Enfin, pour être complet, il faut noter que nous soutenons l'ASBL « Promo santé et médecine générale » qui est une association issue de la collaboration entre la « Société scientifique de médecine générale » et la « Fédération des maisons médicales ». Le projet a démarré il y a plusieurs années par la sensibilisation et la formation des médecins généralistes à la pratique du dépistage des risques cardiovasculaires. Ce dépistage, prévu de manière très rigoureuse, comporte donc l'analyse d'une série de risque auprès du patient (dont la tension artérielle, le poids, la consommation de tabac et d'alcool). En outre, l'ASBL a approfondi son champ d'action en élargissant la pratique préventive du médecin à d'autres aspects de la santé, notamment tout ce qui est en lien avec les dépistages des cancers ou les vaccinations (pneumocoque et grippe chez les personnes âgées entre autres).