/

Le vélo en Wallonie

  • Session : 2018-2019
  • Année : 2018
  • N° : 112 (2018-2019) 1
  • Question écrite du 22/10/2018
    • de LEGASSE Dimitri
    • à DI ANTONIO Carlo, Ministre de l'Environnement, de la Transition écologique, de l'Aménagement du Territoire, des Travaux publics, de la Mobilité, des Transports, du Bien-être animal et des Zonings
    Selon un dossier thématique de Vias lié à l’usage du vélo, la Belgique est un mauvais élève en termes de danger pour les cyclistes et la Wallonie est encore loin derrière la Flandre.

    Ainsi, le risque encouru par les cyclistes par kilomètre est plus de 23 fois supérieur à celui de l’automobiliste moyen. Vias estime que près de la moitié des accidents à vélo sont dus en partie à un ou plusieurs facteurs liés à l’infrastructure.

    La part modale du vélo se chiffre à 1 % en Wallonie, contre 5 % à Bruxelles et 13 % en Flandre. Des chiffres qui s’expliquent aussi par des différences de relief et de distances entre les Régions, mais pas uniquement.

    Que pense Monsieur le Ministre des chiffres de Vias ?

    Que compte-t-il faire pour développer les infrastructures cyclables ?

    Où en est-il dans le Plan de développement du RAVeL ?
  • Réponse du 11/11/2018
    • de DI ANTONIO Carlo
    Les chiffres de VIAS ex IBSR, dont la majorité des missions ont été régionalisées et transférées à l’AWSR, sont à prendre avec beaucoup de réserves, puisqu’ils relèvent de relatifs clichés tels que l’usage du vélo est plus développé en Flandre qu’en Wallonie…

    Dans la vision wallonne de la mobilité à l’horizon 2030, c’est-à-dire FAST2030 pour Fluidité, Accessibilité, Sécurité, Santé, Transfert modal, je désire porter à 5 % la part modale du vélo dans les déplacements d’ici à 2030.

    Pour ce faire, le Plan infrastructure 2019-2024 et le Plan wallon d’investissements renforceront encore les investissements en matière d’infrastructures pour les vélos, qu’il s’agisse de pistes cyclables le long des routes régionales ou de RAVeL.

    Le Plan RAVeL 2015-2019 se poursuit avec une priorité pour les tronçons utilitaires avec la mise en œuvre en 2019 d’expériences pilotes d’autoroutes à vélo dans les grandes agglomérations wallonnes.