/

La reprise de Bodart & Gonay

  • Session : 2015-2016
  • Année : 2016
  • N° : 440 (2015-2016) 1
  • Question écrite du 20/07/2016
    • de DEFRAIGNE Christine
    • à MARCOURT Jean-Claude, Ministre de l'Economie, de l'Industrie, de l'Innovation et du Numérique

    La société Bodart & Gonay a introduit une procédure de réorganisation judiciaire en mars dernier pour « se donner le temps de redresser la barre ».

    Effectivement, la PME de fabrication de poêles à bois a vu ses ventes chuter de 30% en deux ans. La survie de la PME était compromise. Parmi les raisons évoquées par la direction pour expliquer cette chute de rentabilité, « un hiver doux et le pétrole bon marché (…) L’entreprise a mis du temps à renouveler ses produits. »

    Quelle est la situation actuelle ? Le secteur subirait-il une concurrence internationale ? Dans l’affirmative, le Gouvernement entend-il prendre des mesures concrètes pour remédier à ce problème ?

    Aujourd’hui, il semblerait qu’un repreneur pour la société Bodart et Gonay se dégage. Bonne nouvelle, car celui-ci pourrait conserver l’activité en l’état. Par contre, d’autres conséquences sont à prévoir : il serait question d’une diminution de la masse d’emplois de l’ordre de 75%.

    Monsieur le Ministre confirme-t-il ces informations ?

    Que va-t-il advenir des employés ? Un plan social est-il prévu ?

    Peut-il me donner un calendrier de la suite de la procédure ?

    Quelles autres conséquences sont à prévoir ?
  • Réponse du 24/08/2016
    • de Non communiqué

    Bodart et Gonnay, entreprise active dans la conception et la fabrication d’appareils de chauffage au bois et au gaz, principalement sous forme de foyers encastrables, a effectivement introduit une procédure de réorganisation judiciaire en mars dernier au tribunal de commerce de Liège.

    L’entreprise occupe actuellement 68 personnes sur son site de Harzé et avait été reprise en 2014, avec l’aide de la Région Wallonne.

    Depuis quelques années, « BODART & GONAY » souffre, comme ses concurrents, de la baisse de la demande de foyers encastrables. Cette baisse de demande a encore été renforcée par les hivers cléments que nous avons connus ces dernières années.

    De plus, il semblerait que l’entreprise ait eu des difficultés à renouveler sa gamme de produits, ce qui a d’autant plus contribué à l’essoufflement de ses ventes.

    Un repreneur s’est effectivement manifesté auprès des mandataires désignés par le tribunal de commerce dans le cadre de la procédure de réorganisation judiciaire.

    Des contacts sont en cours avec ce repreneur, pour le soutenir financièrement dans son projet de reprise, comme le fait généralement la Région dans pareille situation, afin de préserver l’activité sur son territoire.

    Actuellement, ce projet de reprise est en cours d’élaboration, que ce soit au niveau du bouclage financier, qu’au niveau du plan commercial et industriel.

    Il est donc prématuré de le commenter. Cependant, une réduction de l’effectif n’est pas à exclure, étant donné la situation de l’entreprise et la baisse généralisée de la demande de foyers encastrables.