/

Les nouveaux bus hybrides testés à Liège

  • Session : 2017-2018
  • Année : 2017
  • N° : 242 (2017-2018) 1
  • Question écrite du 26/10/2017
    • de DEFRAIGNE Christine
    • à DI ANTONIO Carlo, Ministre de l'Environnement, de la Transition écologique, de l'Aménagement du Territoire, des Travaux publics, de la Mobilité, des Transports, du Bien-être animal et des Zonings

    Trois bus à moteur hybride développés par Green Propulsion ont été testés sur trois lignes (12, 31 et 48) du TEC-Liège. D’après les résultats relayés par la presse, entre 60 et 70 % de diesel ont été économisés par rapport à un bus normal. On ne peut que se réjouir du succès de ce projet pilote, d’autant que la technologie utilisée provient d’une « spin-off » de l’université de Liège. Ce système serait bien plus efficace que d’autres moteurs hybrides déjà utilisés au sein des TEC de Namur et de Charleroi.

    Est-il prévu d’augmenter le nombre de bus hybrides en Wallonie et au TEC de Liège ?

    Le prix d’achat d’un bus hybride est-il plus élevé qu’un bus classique ?

    Cette différence de prix, si elle existe, est-elle résorbée rapidement par les économies résultantes de la diminution des quantités de diesel à acheter ?

    Existe-t-il des procédures de soutien pour les « spin-off » sortantes de l'Université de Liège ?

    Outre la pollution liée aux particules fines, les bus électriques ont l’avantage de rouler silencieusement, réduisant ainsi la pollution sonore. A-t-on une idée de l’impact des bus hybrides sur la qualité de vie des citadins ?
  • Réponse du 20/11/2017
    • de DI ANTONIO Carlo

    La SRWT a en effet soutenu le savoir-faire de l’entreprise wallonne Green Propulsion par la mise à disposition d’un véhicule (et non pas trois) et par la prise en charge financière d’une partie des études et travaux portant sur la motorisation.

    La collaboration entre le TEC et Green Propulsion continue. Les résultats d’exploitation du véhicule sont partagés afin que les ingénieurs liégeois puissent fiabiliser et améliorer leur produit. La mise en service régulière de ce type de prototype comporte des risques pour l’opérateur qui doit assurer la continuité de sa mission première qui est le transport public. Ces essais, en conditions réelles, sont néanmoins impératifs pour que les investissements importants puissent servir au développement du produit.

    Les spécifications techniques du cahier spécial des charges de la SRWT seront de plus en plus exigeantes et évolueront avec les technologies disponibles sur le marché. Cependant, celles-ci ne pourront pas viser le produit Green Propulsion en particulier. En effet, la réglementation sur les marchés publics et plus spécifiquement l’Arrêté Royal du 16 juillet 2012 en son article 8, §1er et 2, nous indique que les spécifications techniques doivent permettre l’accès égal des soumissionnaires et ne pas avoir pour effet de créer des obstacles injustifiés à la concurrence. Il est également interdit de mentionner un produit ou une provenance déterminée qui aurait pour effet de favoriser ou d’éliminer certaines entreprises.

    Pour rappel, le Groupe TEC exploite actuellement 11 bus hybrides électriques sur le réseau urbain de Namur. Depuis janvier 2017, ceux-ci ont déjà permis d’éviter le rejet de plus de 152 tonnes de CO2.

    À l’échelle de la Wallonie, une commande de 187 bus hybrides supplémentaires a été passée en janvier 2017 et une autre de 111 véhicules le sera au premier trimestre de 2018, sous réserve de disponibilités budgétaires. Fin 2019, ce ne seront donc pas moins de 310 bus hybrides qui seront opérationnels au sein du Groupe TEC grâce à un budget d’investissements de 110 millions d’euros. Leur répartition sera la suivante :
    - 55 véhicules VOLVO, dont les batteries pourront être rechargées rapidement en certains terminus, et 6 stations de recharge rapide seront mis en service au TEC Charleroi, en 2017 et 2018 ;
    - 46 véhicules SOLARIS, utilisant des supercondensateurs rechargés uniquement lors des phases de ralentissement, seront mis en service au TEC Hainaut, en 2018 et 2019 ;
    - 162 véhicules SOLARIS, utilisant des supercondensateurs rechargés uniquement lors des phases de ralentissement, seront progressivement en service au TEC Liège-Verviers, sur les années 2017 et 2018 ;
    - 46 véhicules VOLVO, dont les batteries pourront être rechargées rapidement en certains terminus, et 9 stations de recharge rapide auront été mis en service au TEC Namur-Luxembourg, en 2017 et 2018 ;
    - 1 véhicule Hybribus de Green Propulsion.

    Tous les bus évoqués ici visent à remplacer des véhicules standard existants arrivés en fin de vie.

    S’il est vrai que le prix d’achat d’un véhicule hybride est supérieur à celui d’un bus diesel, il s’avère que ce surcoût est compensé par l’économie d’énergie effectuée sur la durée de vie de 16 ans en vigueur au sein de Groupe TEC.

    Outre la participation de ces véhicules à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, l’impact favorable de la propulsion électrique, même partielle, est indéniable puisque les autres nuisances sont soit inexistantes (pour les particules ou les oxydes d’azote dus à la motorisation), soit fortement réduites (dans le cas du bruit).