/

Le projet de cadastre des structures actives en matière d'assuétudes

  • Session : 2017-2018
  • Année : 2018
  • N° : 421 (2017-2018) 1
  • Question écrite du 11/06/2018
    • de KNAEPEN Philippe
    • à GREOLI Alda, Ministre de l’Action sociale, de la Santé, de l’Egalité des chances, de la Fonction publique et de la Simplification administrative
    En début de législature, le prédécesseur de Madame la Ministre avait lancé l’idée de l’établissement d’un cadastre des structures actives en matière d’assuétudes à réaliser en collaboration avec les acteurs du secteur.

    En 2017, l’AViQ possédait un inventaire sommaire et statique des services et réseaux assuétudes de la Région. Celui-ci était toutefois difficile à exploiter et encore plus à actualiser. Son prédécesseur souhaitait donc mettre en place un outil évolutif et dynamique qui serait utile à la population, aux institutions, aux réseaux et aux autorités publiques. Outre les assuétudes, il entendait élargir ce cadastre à l’ensemble du secteur de la santé mentale ; les deux secteurs étant très liés sur le terrain.

    En pratique, l’AViQ était chargée de construire un cadastre dynamique lié à des cartes géographiques et différentes discussions étaient programmées entre l’AViQ, la FEDITO wallonne et des spécialistes du secteur.

    Madame la Ministre peut-elle faire le point sur l’avancement de ce dossier ?

    Que ressort-il des différentes réunions qui se sont tenues ?

    Quelles sont les principales inquiétudes du secteur ?

    Un budget et un plan d’action ont-ils été fixés ?
    Dans l’affirmative, selon quel échéancier ?
  • Réponse du 04/07/2018
    • de GREOLI Alda
    Fin 2016, mon prédécesseur avait en effet demandé à l'AViQ de réaliser un cadastre de l'offre de soins en santé mentale et assuétudes. À ce cadastre dynamique, devait être liée une cartographie permettant au public, aux professionnels de terrain et, bien sûr, à mes services de visualiser la répartition des services présents en Wallonie selon le type d'offre proposée.

    Malheureusement, malgré le suivi réalisé par mon Cabinet en 2017, aucun cadastre de ce type ne m'a encore été transmis par l'Agence. Voici la réponse de l'Agence à propos de la réalisation de ce cadastre :

    « Le cadastre de l’offre de soins en santé mentale, incluant les assuétudes, est actuellement toujours à l’état de projet, compte tenu des importants changements à mettre en œuvre au sein de l’AViQ, des priorités de travail sur l’importance desquelles le Conseil général a encore insisté lors de sa dernière réunion au cours de laquelle le plan d’administration de l’Agence a été abordé, et des ressources disponibles, tant sur le plan humain qu’informatique.

    En effet, des engagements sont en cours pour assurer un minimum d’effectifs à la Direction de la Santé mentale, direction en cours de construction qui n’existait pas antérieurement, sachant qu’en outre, la moitié des membres du personnel du département de la Santé n’a pas suivi le transfert, réduisant de la sorte le transfert d’expertise.

    Sans ces effectifs complémentaires, leur intégration et formation au sein de l’organisation et compte tenu du caractère prioritaire à donner au transfert de compétences, en particulier en matière de santé mentale, à l’échéance du 1er janvier 2019, il n’est actuellement pas envisageable de consacrer les moyens existants à ce cadastre, même s’il est hautement souhaitable de le réaliser afin d’établir des critères clairs de financement et de disposer d’une photographie des actions menées dans un secteur réduit, mais soumis à de fortes pressions, tant les assuétudes recouvrent un large périmètre (alcool, drogues, médicaments, jeux, sexe…).

    Toutefois, je rassure, ce cadastre est un outil essentiel et doit rester une priorité parmi les actions du plan d’administration, car le diagnostic de l’existant est un des éléments fondant les orientations à donner en matière d’assuétudes. »

    Cette réponse de l'AViQ concerne cependant un cadastre dynamique, informatisé et la cartographie qui y est liée. Cela n'exclut pas la réalisation d'un tableau reprenant la liste de tous les services subventionnés par la Wallonie en matière de santé mentale et d'assuétudes. Une liste de ce type m'a déjà été transmise en 2017. Elle sera mise à jour pour la fin de 2018.