/

L'invasion des scolytes

  • Session : 2018-2019
  • Année : 2018
  • N° : 37 (2018-2019) 1
  • Question écrite du 22/10/2018
    • de LEGASSE Dimitri
    • à COLLIN René, Ministre de l'Agriculture, de la Nature, de la Forêt, de la Ruralité, du Tourisme, du Patrimoine et délégué à la Grande Région
    L’invasion des scolytes est très importante cette année et au moins 10 % de la récolte totale annuelle d’épicéas en Wallonie est touchée.

    Selon l’Office économique wallon du bois, il faudrait abattre 400 000 m³ de bois malade dans les forêts publiques, sans compter les propriétés privées où l’épicéa est présent massivement.

    Tout cela s’ajoute au problème de la peste porcine et de la zone de quarantaine qui comporte un tiers d’épicéas.

    Comment Monsieur le Ministre compte-t-il combattre au mieux cette invasion de scolytes ?

    Des indemnisations seront-elles prévues pour les producteurs qui perdront une partie de leurs épicéas ?

    Comment compte-t-il traiter ce problème dans la zone de quarantaine de la peste porcine ?
  • Réponse du 14/11/2018
    • de COLLIN René
    Je tiens à préciser que l’estimation de 400 000 m³ de bois scolytés concerne les forêts publiques et privées et non pas seulement les forêts publiques.

    Il n’y a pas beaucoup de possibilités pour combattre une telle invasion. La seule solution consiste à abattre le plus rapidement possible et avant le printemps prochain tous les bois atteints. Tous ces bois constituent des foyers d’infection potentiels pour l’année prochaine. Une instruction a été donnée à tous les agents du Département de la Nature et des Forêts (DNF) dans ce sens. La cellule de crise mise en place à ma demande par l’Office économique wallon du bois cherche actuellement des moyens d’écouler tous ces bois atteints afin de motiver les propriétaires à les exploiter rapidement.

    Cette cellule de crise a été installée avec l’ensemble de la filière de sorte à étudier les moyens de lutte et de me proposer d’éventuelles pistes d’aides. J’attends son rapport dans les tout prochains jours.

    Pour ce qui concerne la zone infectée par la peste porcine africaine, je me permets tout d’abord une petite rectification des chiffres de l’honorable membre, pour sa bonne information. Les pessières n’occupent pas un tiers des peuplements de la zone, mais environ 10 %.

    Au sein de ce périmètre se trouve la zone noyau, où toute exploitation est actuellement interdite. L’épicéa y représente 8 % des peuplements.

    La zone tampon entourant ce noyau présente également ce même taux de pessières. Cependant, j’ai donné instruction à l’administration d’y accorder des dérogations d’exploitation pour les bois scolytés.

    Enfin, la dernière zone, dite d’observation renforcée, compte 14 % de peuplement d’épicéas. Dans cette zone, l’exploitation est autorisée.

    Dans les cas où toute intervention restera proscrite, une aide pour les propriétaires dans l’impossibilité d’intervenir et donc contraints de laisser les scolytes s’attaquer à de nouveaux arbres devra être prévue. Les modalités pratiques pour cette intervention sont en réflexion.