/

La réforme actuellement en cours dans les services de police et de contrôle de l'administration

  • Session : 2011-2012
  • Année : 2012
  • N° : 597 (2011-2012) 1

2 élément(s) trouvé(s).

  • Question écrite du 08/03/2012
    • de KAPOMPOLE Joelle
    • à HENRY Philippe, Ministre de l'Environnement, de l'Aménagement du Territoire et de la Mobilité

    Un projet de restructuration du département de la police et des contrôles est en cours au sein de l'administration. Quels sont le pilotage politique et l'objectif de ce projet?

    Quelle est la méthodologie au sein du cabinet de Monsieur le Ministre pour créer l'adhésion autour du projet ? Vient-il de lui ou est-ce une initiative de certains hauts fonctionnaires ? Quelle est la position du gouvernement en la matière?

    Comment Monsieur le Ministre analyse-t-il l'audit de 2006 sur le fonctionnement de la police de l'environnement?
  • Réponse du 19/09/2012
    • de HENRY Philippe

    Comme j’ai déjà eu l’occasion de m’en expliquer à de très nombreuses reprises auprès des collègues de l'honorable membre, il n’y a pas de réforme particulière en cours dans les services du DPC. Il existe en son sein l’Unité de répression des pollutions créée par mon prédécesseur et qui correspond à un besoin de la région en matière de répression. Il est exact que ce service connait actuellement une réorganisation interne sous la tutelle du directeur général aux fins de permettre à l’URP de fonctionner de manière bien coordonnée avec les autres services liés au DPC. Je m’en réjouis.

    Diverses réunions ont déjà eu lieu entre le directeur général et les agents.

    Je tiens à rappeler ce que j’ai déjà dit à plusieurs reprises : ces réunions sont liées à une réorganisation du service pour le rendre plus efficient et ne relèvent en rien d’une refonte qui serait contraire aux décisions prises antérieurement lors de la mise en place et la création de l’URP.

    Je reste convaincu, tout comme mon administration, que l’URP a sa place au sein du Département de la Police et des Contrôles. Une cellule répressive capable d’intervenir à tout moment sur le territoire wallon est nécessaire.